Vous êtes ici

La 2e ligne de tramway, projet phare de Tours Métropole Val de Loire

Projet phare des 5 prochaines années pour le développement du territoire, la seconde ligne de tramway répondra aux besoins de mobilité ainsi qu’aux volontés d’amélioration de qualité de vie, de respect de l’environnement, et de préservation de notre patrimoine.

Point d'étape sur l'avancée du projet

La phase Etudes d’insertions et d’aménagements

Etape clé du projet, les études d’insertions et d’aménagements se sont déroulées entre 2019 et début 2021 suite à la concertation de 2018, sur la base du tracé choisi par les habitants.

Ces études d’insertions et d’aménagement ont permis de définir le parti pris d’aménagement et d’étudier la faisabilité technique du tracé. Elles constituent la donnée d’entrée pour les études détaillées de conception.

Les planches d’insertion qui ont été produites donnent un aperçu de l’insertion du projet dans chacune des rues circulées par la 2e ligne. Notamment ces planches illustrent les éléments suivants :

- le positionnement de la plateforme du tramway dans les rues qui seront empruntées par le projet,

- les aménagements de voiries,

- les sens de circulation,

- les cheminements des modes actifs (piétons et vélos),

- le positionnement des équipements techniques du tramway (sous-station électrique, poteaux de la ligne aérienne de contact notamment),

- le principe d’aménagement urbain et paysager.

La phase Etudes de conception

Les principes d’insertion, énoncés ci-dessus, sont le fil conducteur de l’étape suivante : les études de conception qui vont être menées par le maître d’œuvre dès le mois de juin 2021.

Ces études se dérouleront en deux phases principales : l’avant-projet et le projet.

  • Avant-projet : le maître d’œuvre sera amené à compléter, clarifier et préciser les études d’insertion et d’aménagements.

Des adaptations pourront être proposées du fait de contraintes techniques ou d’adaptation du projet urbain et paysager.  

L’objectif de l’avant-projet est de disposer d’études de conception suffisamment détaillées pour permettre :

- d’arrêter le coût du projet et le programme d’aménagement définitif,

- d’alimenter les dossiers d’études liés aux procédures réglementaires (dossier loi sur l’eau, dossier d’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique, dossier d’enquête parcellaire…),

- de permettre aux concessionnaires de réseaux devant être déplacés (car en conflit avec le positionnement de la plateforme tramway notamment) de démarrer leurs études.

Au cours de l’avant-projet sont également définis le phasage et le planning détaillé de l’ensemble des travaux : démolitions, travaux préparatoires, travaux de déviation des réseaux, travaux d’aménagement de la plateforme tramway et des espaces publics (voiries, trottoirs, aménagements paysagers, …).

C’est au cours de cette phase d’études d’avant- projet que sera préparé le dossier d’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique. Le dialogue avec la population et les services de l’Etat permettra d’affiner en continu le projet jusqu’à l’enquête publique.

  • Les études Projet

Une fois les études d’avant-projet validées, le maître d’œuvre engagera à partir de mars 2022 les études de Projet. Ces études, plus détaillées, vont permettre de préparer les dossiers de consultation des entreprises qui auront en charge la réalisation des travaux.

Passées ces étapes, le projet entrera dans sa phase de réalisation.

La part du végétal dans ce projet respectueux de l’environnement

Véritable projet de territoire, la 2e ligne de tramway est une opportunité pour requalifier l’espace public dans le sens d’un apaisement et d’une réintroduction de la nature en ville. La 2e ligne de tramway s’accompagne d’un véritable projet vert, marqueur identitaire d’un territoire résolument tourné vers son inscription dans un écrin naturel dans lequel tous les modes se retrouvent.

Le "Projet vert"

Tout autour de la plateforme de la 2e ligne de tramway, des alignements d’arbres seront plantés. L'un des principes phares du projet de « ruban vert » est d’approfondir la notion de ligne environnementale et vertueuse dans ses modes de gestion. Ainsi, les arbres seront systématiquement accompagnés de massifs et couvre-sols. Les essences composant cette palette végétale seront choisies pour correspondre aux enjeux du milieu urbain et du changement climatique. Une réflexion sera portée sur des mélanges terreux adaptés aux vivaces prévues.

Les alignements existants seront préservés autant que possible. Cependant, au-delà de ces alignements d’arbres, le projet s’inscrit dans une démarche écosystémique forte. Des lignes directrices ambitieuses sont poursuivies aujourd’hui (essences pollinisatrices et variées, choix de la pleine terre, etc.).

Un principe : conserver l’existant

L’un des principes directeurs qui ont guidé les études d’insertion a été la préservation des grands alignements d’arbres qui constituent la structure majeure du paysage (boulevard Béranger, boulevard Heurteloup, Avenue Grammont, Pont du Cher…).

Par ailleurs, le projet s’est fixé pour objectif :

  • d’éviter autant que possible de toucher au patrimoine arboré,
  • de replanter au moins autant d’arbres qu’il n’y en aura d’impactés, lorsque ceux-ci n’auront pu être évités,
  • de valoriser et renforcer ce patrimoine.

A ce stade, tout au long du tracé, sont comptabilisés au moins autant d’arbres replantés que coupés. En outre, les futurs parcs relais boisés représentent plus de 1000 nouveaux arbres.

A cela s’ajoutent les projets d’aménagement urbains connexes de revalorisation des espaces publics, qui s’inscrivent dans une dynamique de verdissement. A titre d’exemple, le projet de « forêt urbaine » de la place St Eloi, à proximité du boulevard Béranger, sera étudié en ce sens.

Une ambition : la perméabilisation des sols

Le projet de la 2e ligne de tramway s’intègre majoritairement sur des voiries. Demain, le revêtement minéral sera démoli et remplacé par de la pleine terre enherbée. En faisant le choix d’enherber la plateforme par défaut (un objectif de 70% d’enherbement est aujourd’hui poursuivi), le projet s’inscrit résolument dans une démarche écologique. Dans le contexte hydrogéologique de notre territoire (zone inondable), cette perméabilisation des voiries urbaines est une opportunité cruciale pour ramener la fraîcheur et la nature en ville, et permettre une gestion naturelle de l’écoulement des eaux.

La perméabilisation des sols et la lutte contre les ilots de chaleur

Le projet s’insère sur près de 15 km de voiries existantes, majoritairement de façade à façade.

Il consistera majoritairement à reperméabiliser les sols, à enherber la plateforme tramway en site propre, à planter des massifs soigneusement choisis tout au long du tracé. Les seules emprises sur des terres agricoles et naturelles sont les emprises des deux parcs relais à créer, qui seront majoritairement perméables et paysagers.

Le principal parking existant à réaménager est le parking du Lac. Sa perméabilisation sera étudiée. Les places urbaines traversées seront plantées, soit via le projet, soit via des projets d’aménagement urbain connexes (place Saint Eloi). L’entretien des espaces verts sur la plateforme se fera par subirrigation, permettant ainsi de conserver la terre fraîche en évitant une évaporation rapide des eaux d’arrosage.

Enfin, les surfaces de plateforme tramway non enherbées (utilisées principalement par les transports en commun) plateforme devant le CHRU Trousseau ; etc.) feront l’objet d’un travail spécifique sur les revêtements, qui seront majoritairement clairs pour lutter contre les ilots de chaleur.

En reperméabilisant et en végétalisant les grands axes du centre-ville de Tours et les grands axes d’entrée dans la Métropole, le projet s’inscrit donc dans un objectif de lutte contre les ilots de chaleur, lutte prioritaire dans le contexte de changement climatique actuel.

Une démarche pragmatique : le retour d’expérience de la ligne A

Près de 8 ans après sa mise en service, la ligne A de tramway représente un banc d’essai formidable pour l’équipe porteuse du projet. Le projet vert repose notamment sur les constats suivants :

Privilégier une approche écologique

Soucieuse de s’ancrer dans un projet écologique, Tours Métropole Val de Loire a fait le choix de ne pas s’orienter vers un gazon classique et consommateur en eau, mais de privilégier du gazon rustique ou des mélanges herbacés plus économes en eau. La plateforme sera donc plantée d’herbes choisies pour leur résistance et pour leur économie en eau, dans une logique écologique et écosystémique.

La ligne A a révélé les limites d’un entretien et d’une irrigation par aspersion et trop fréquents. Sur la base de ce retour d’expérience, un principe de subirrigation (arrosage dans le sol en goutte-à-goutte, qui limite les phénomènes d’évapo-transpiration et permet également de protéger les équipements du tramway) est aujourd’hui en réflexion avec les futurs gestionnaires. Des tests grandeur nature seront réalisés en 2021-2022 sur la ligne A (essais de végétalisation, d’arrosage et de non arrosage de plateforme) afin de conforter ce choix.

Valoriser les points forts, aller plus loin

La ligne A avait expérimenté sur certaines stations la plantation d’arbres de haute tige. La 2e ligne généralise ce principe. Les stations seront plantées d’arbres à développement modéré et végétalisées : de vraies « poches de verdure » seront prévues, de manière à créer des massifs généreux au pied des arbres, et d’inscrire le végétal des stations dans un continuum le long des aménagements de la 2e ligne.

Les stations plantées différemment de la ligne 1 :

Là encore, l’entretien et la maintenance sont au cœur des préoccupations. L’arrosage étant prévu au minimum, des essences adaptées seront privilégiées.

Prendre en considération les bonnes pratiques de la ligne A pendant le chantier

L’un des défis d’un projet de tramway est la gestion durable des travaux en vue de la préservation sur le long terme des arbres situés à proximité (maintien du système racinaire).

A cet égard, sur notre territoire tourangeau, le chantier de la ligne A amorcé il y a plus de 10 ans avait déjà été un succès sur le plan environnemental. En effet, après bientôt 10 ans d’exploitation, aucun dépérissement des arbres dû à la réalisation des infrastructures du tramway n’a été constaté sur les boulevards empruntés par la ligne A (Tranchée, Grammont, Europe). En 2022, soit dix ans après la fin des travaux de la ligne A, des tests de traction seront réalisés sur les arbres d’alignement qui avaient été conservés le long du tramway afin de s’assurer qu’ils n’ont subi aucun dommage racinaire.

Pour le chantier de la 2e ligne de tramway, les mesures conservatoires qui avaient été prises pour la ligne A, et qui ont prouvé leur efficacité, constitueront un prérequis de base pour les travaux de la 2e ligne, consolidé avec les conclusions du diagnostic racinaire sur le tracé.

Diagnostic racinaire des arbres concernés par le tracé du tramway

Dans le cadre des études d’insertion menées entre 2018 et 2020, des diagnostics racinaires ont été effectués en 2018 par l’entreprise ADRET. 10 diagnostics ont été effectués sur le boulevard Béranger, et 3 diagnostics sur le boulevard Heurteloup. Par mesure conservatoire, ces diagnostics ont été effectués sur les arbres les plus anciens. Ils ont notamment conclu à l’opportunité de réaliser des plates-bandes végétalisées afin de favoriser le bon développement des arbres, aujourd’hui isolés dans des fosses individuelles.

Des consultations publiques d’entreprises sont en cours afin de poursuivre et de systématiser ces diagnostics racinaires, en juillet-septembre 2021. L’objectif est d’assurer la pérennité des sujets qui seront conservés dans le cadre du projet, en évaluant le développement racinaire de l’arbre (profondeur, emprise, typologie) sur un panel d’individus largement représentatifs.

Les résultats de ces diagnostics permettront d’adapter l’approche du projet à chaque phase :

- en phase Etudes pour une conception adaptée en fonction des racines,

- en phase travaux pour que les entreprises prennent en compte ces prescriptions et adaptent leurs méthodes de travail.

Les parcs relais boisés : la création d'espaces arborés pour le stationnement des voitures en correspondance

Parc relais boisé de la Papoterie © Richez_Associés

 

Le projet de tramway est avant tout un projet de transition énergétique et d’une évolution des usages. Il s’accompagne donc de parcs relais permettant aux personnes motorisées d’entrer en ville en toute sérénité. Les espaces dédiés aux parcs relais ont été pensés comme des espaces boisés paysagers, sur lesquels plusieurs centaines d’arbres seront plantées (plus de mille sur l’ensemble des parcs relais prévus dans le projet).

Ces espaces boisés seront systématiquement et majoritairement perméables. Deux d’entre eux seront créés dans le cadre du projet, aux terminus (La Riche et La Papoterie à Chambray-lès-Tours). Le troisième, le parking du Lac, est aujourd’hui une nappe de stationnement imperméable à très faible valeur écologique. Il doit être restructuré pour permettre le passage du tramway, et à cette occasion, l’étude de sa désimperméabilisation et de sa reconversion en un parking paysager densifié par des bouquets d’arbres sera réalisée.

Un projet écosystémique

Les plantations réalisées dans le cadre de la construction de la ligne A représentaient une trentaine d’essences locales ; un bilan a été réalisé avec les services des espaces verts des villes pour alimenter le projet vert de la 2e ligne. Pour le projet la 2e ligne de tramway, une quarantaine de variétés ont été sélectionnées comprenant notamment des arbres fruitiers à fleurs (pommiers, cerisiers, poiriers…) dont la floraison intervient au printemps ou encore des arbres plus classiques comme des tilleuls ou des érables. Le projet s’intègre ainsi dans une véritable logique écosystémique avec les insectes pollinisateurs, favorisée par un principe d’entretien durable des arbres.

Projet d’insertion route de Loches, Chambray-Lès-Tours © Richez_Associés

   

Projet d’insertion jardin botanique, Tours © Richez_Associés

Le boulevard Béranger

Epine dorsale du projet, et par ailleurs axe structurant de la ville de Tours, le mail du boulevard Béranger sera requalifié, et des massifs de plantation accompagneront les alignements d’arbres, favorisant ainsi un retour à la pleine terre.

© Richez_Associés

 

Cette ambition s’inscrit en écho avec les orientations d’aménagement du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur de la ville de Tours, qui constate : « Le double mail des boulevards Béranger et Heurteloup est aujourd’hui déqualifié par le traitement des sols en enrobé (contradictoire avec la notion de promenade), par le manque d’assise pour les usagers, par la présence des stationnements en épis qui ont amputés l’emprise de la promenade et qui ont favorisés au fil du temps, la suppression des alignements d’arbres longeant la voie. Par ailleurs, ces stationnements en épis présentent des contraintes sécuritaires avec la circulation sur les boulevards. Il s’agit ici de retrouver la vocation de promenade urbaine ombragée et de lui redonner un caractère unitaire. »

 

Le projet de tramway permettra ainsi de repenser le boulevard comme un lieu de déambulation pour les piétons et les cycles, dans un esprit de réappropriation des lieux par les habitants.

 

Intrinsèquement lié au mail du boulevard Béranger et à l’histoire de Tours, le marché aux fleurs est un événement culturel constitutif du patrimoine identitaire de la ville. L’aménagement paysager du mail intégrera dès le départ les dispositions nécessaires à son maintien. Dans les phases ultérieures du projet, une réflexion sera engagée avec les associations, les élus, l’Architecte des Bâtiments de France, afin d’affiner le projet en ce sens.

 

Des dispositions seront également prises pour le maintien du marché aux fleurs pendant toute la durée de la phase travaux.

Un projet émulateur d'une reconversion des espaces publics

Le projet de tramway représente un formidable levier de développement urbain et de requalification des espaces publics traversés.

Le projet paysager repose sur l’implantation de bosquets ou groupes dans les lieux adaptés (périphérie) et d’alignements pour des espaces particuliers (centre-urbain)

Les ponctuations végétales existantes sur des places sont renforcées via le projet (rue Stendhal) ou via des projets d’aménagement urbain connexes impulsés par l’arrivée du tramway et développés de concert avec ce dernier (« forêt urbaine » de la place Saint Eloi).

Ponctuellement, de nouvelles ambiances paysagères peuvent être proposées (Place Rabelais, etc.). Leur nombre reste limité, le principe moteur du projet n’étant pas de s’imposer au paysage mais bien de s’intégrer en son sein et d’en renforcer les principes végétaux.

Enfin, aux côtés du projet de tramway et en complément des nouvelles plantations portées par l’opération, de nombreux projets d’aménagement urbain connexes ont émergé tout au long de son tracé.

La démarche de concertation sur les espaces urbains : focus sur la place Jean Jaurès et lA rue de la Mairie à La Riche

Le projet de la deuxième ligne du tramway et ses composantes est l’opportunité d’engager une vaste réflexion sur les mutations urbaines le long du tracé, en concertation avec les habitants. C’est notamment le cas de la Place Jean-Jaurès à Tours et rue de la Mairie à La Riche.

Une démarche participative sur l'aménagement de la place Jean-Jaurès à Tours

« La place dans tous ses états », tel serait le nom de la vaste démarche participative proposée avant le lancement d’un concours pour l’aménagement de la place Jean-Jaurès.

Elus, techniciens et Tourangeaux dans leur ensemble (étudiants, personnes âgées, commerçants, associations, personnes à mobilité réduite…) seront concertés de juin à septembre 2021 pour partager leurs pratiques et leurs visions de cet espace public emblématique de la ville de Tours et de la Métropole afin de gagner en pertinence dans l’aménagement.

L’objectif est d’offrir un résultat « tripartite », permettant le croisement de la parole des habitants/usagers avec celle des élus et avec celle des techniciens.

Les résultats, attendus pour la fin 2021, constitueront le socle du concours de maitrise d’œuvre.

Une concertation autour de l'aménagement de la rue de la Mairie à La Riche

A La Riche, les études urbaines ont été engagées fin 2019 sur le réaménagement du secteur de la rue de la Mairie et de la place de l'Hôtel de Ville / rue du 11 novembre. 

Ce projet urbain de grande ampleur a pour ambition de développer les espaces publics de la ville de demain en intégrant le tramway dans son insertion urbaine, d’améliorer les qualités paysagères et architecturales de la rue, de renforcer l’identité urbaine de La Riche en introduisant de nouvelles fonctions et d’assurer une bonne interface avec les quartiers existants.

Une première réflexion a permis de déterminer les grandes orientations d’aménagement.

Le parti global vise à réaliser une entrée progressive dans le tissu urbain depuis le parc relais boisé prévu à l’ouest du boulevard périphérique jusqu’au parvis de la mairie.

D’une entrée très paysagée et très végétale, qui invite à des activités de proximité (commerces, artisanat) en lien avec le Prieuré de Saint-Cosme, la rue se construit peu à peu jusqu’à devenir plus urbaine, avec des programmes de logements et d’équipements plus riches, tournés vers les cœurs d’ilots et les quartiers environnants.

A l’automne prochain, la ville de La Riche sera accompagnée d’une assistance à maîtrise d'ouvrage pour formaliser concrètement les aspects architecturaux, urbains, de traitement des espaces publics plus végétalisé, et la programmation de projets de bâtiments publics.

Tout au long de cette étude, le volet concertation sera prédominant pour associer la population à la mutation urbaine du secteur.

Le parti d’aménagement global sur ce secteur d'étude pourra reposer sur plusieurs axes de projets :

  • Accueillir une infrastructure de transport en commun en site propre ;
  • Transformer une entrée de ville de faubourg en boulevard urbain paysager ;
  • Redynamiser l’offre de services et d’équipements de la rue, introduire de nouvelles fonctions ;
  • Composer un nouveau paysage urbain marqué par les jardins et le végétal ;
Assurer des continuités piétonnes et cyclables avec les quartiers existants ; Requalifier certains équipements publics structurants.

A propos de la 2e ligne de tramway et ses composantes

Le projet de 2e ligne de tramway reliera la commune de La Riche (périphérique ouest) à la commune de Chambray-lès-Tours (La Papoterie), au sud-est, en desservant :

  • le centre-ville de La Riche ;
  • le nouveau quartier Plessis-Botanique (en cohérence avec le projet de la ZAC « Plessis Botanique ») ;
  • l’hôpital Bretonneau ; le quartier Maryse Bastié ;
  • le nouveau quartier Beaumont-Chauveau (en cohérence avec le projet de la ZAC « des Casernes Beaumont-Chauveau ») ;
  • le quartier place Rabelais / rue Giraudeau ;
  • l’hypercentre de Tours en passant par le boulevard Béranger et la gare de Tours ;
  • le quartier du Sanitas, l’avenue de Grammont et le complexe aquatique du Lac ;
  • le quartier des Fontaines ;
  • le site universitaire et scolaire du parc de Grandmont en passant par l’avenue de Bordeaux (à proximité du quartier de la Bergeonnerie) ainsi que l’hôpital Trousseau (en interaction avec le projet du nouvel hôpital Trousseau) jusqu’au terminus de La Papoterie.

Le projet de deuxième ligne du tramway comprend également :

  • l’extension du centre de maintenance et de remisage tramway situé à Tours nord ;
  •  4 parcs relais notamment aux terminus de la deuxième ligne de tramway, au plus près des entrées/sorties du périphérique ainsi qu’aux points névralgiques et jugés pertinents lors des études ;
  • 28 stations le long du tracé de la deuxième ligne de tramway ;
  • des aménagements cyclables et parkings vélos.

Les quartiers prioritaires desservis par la 2e ligne de tramway

© Ville de Tours- Quartier des Fontaines - V. Liorit

Sur son tracé, le tramway de la 2e ligne desservira des quartiers prioritaires Politique de la Ville et notamment le quartier des Fontaines. Deuxième quartier le plus important de la ville de Tours après le quartier du Sanitas il compte près de 7 000 habitants répartis sur une vaste zone de 65 hectares. Sa proximité de pôles d’emplois et la densité du quartier des Fontaines constituent des enjeux forts de desserte.

De nombreux atouts pour la Métropole et ses habitants

Le succès de la ligne A le démontre : les Tourangeaux ont un besoin de mobilité. La 2e ligne de tramway a été initiée pour y répondre en conciliant des enjeux à la fois économiques, sociaux et environnementaux et d’une même ambition, conformes aux enjeux de transition énergétique.

Fédérés autour du projet, Wilfried Schwartz, Président de Tours Métropole Val de Loire et du Syndicat des Mobilités de Touraine, Maire de La Riche, Frédéric Augis, Maire de Joué-lès-Tours, Emmanuel Denis, Maire de Tours et Christian Gatard, Maire de Chambray-lès-Tours portent le projet destiné à moderniser le territoire et à améliorer la qualité de vie des citoyens. 

En effet, la deuxième ligne de tramway a été pensée pour desservir des lieux stratégiques et de nombreux pôles d’emplois répartis sur une vaste zone de 65 hectares et les équipements publics suivants :

  • des pôles de vie et de services :
    - les deux hôpitaux Trousseau et Bretonneau (380 000 consultations chaque année et plus de 7400 professionnels) ;
    - de nombreux établissements scolaires et étudiants (collèges, lycées, établissements supérieurs dont le site universitaire de Grandmont), 
  • des équipements sportifs et de loisirs (pôle aquatique du Lac, stades, gymnases, espaces verts), ainsi que des équipements culturels (cinéma, bibliothèques, pôles culturels) et commerciaux ;
  • Des secteurs urbains en développement :-

- A Tours, Les Fontaines 7 000 habitants et la Bergeonnerie 1 700 habitants ;

- A La Riche, Niqueux Bruère 1 700 habitants ;

Avec cette seconde ligne sont également prévus :

  • De nouveaux projets urbains : Maryse-Bastié et la ZAC Beaumont-Chauveau à Tours et l’éco quartier du Plessis-Botanique à La Riche ;
  • Le raccordement vers l’aéroport de Tours Val de Loire par l’extension de la ligne A ;
  • Une desserte optimisée du quartier Rochepinard (« les Atlantes ») par la requalification de la ligne BHNS (Tempo).

 

La création de la 2e ligne, longue de 15 km, desservira 71 000 habitants en 28 stations. Les études de flux ont permis d’estimer un nombre moyen de 50 000 voyageurs par jour.

Pour mener ce projet d’envergure, le Syndicat de Mobilités de Touraine a désigné le groupement Transamo - La set, maitre d’ouvrage délégué, qui a également mené le projet de la Ligne A.

 

Un projet qui favorise les mobilités actives (marche+ vélo)

Ce projet de développement d’un réseau de transport accessible à tous intègre également les mobilités douces que sont le vélo et la marche.

En cela, il s’inscrit en cohérence avec les ambitions de Tours Métropole Val de Loire d’ancrer les pistes cyclables et cheminements dans le paysage urbain, tant pour des questions environnementales que pour répondre à une demande croissante des habitants. Environ 25 km d’aménagements cyclables seront réalisés.

 

Les étapes à venir

Les études géotechniques commencées en février 2021 laisseront place aux études d’avant-projet à partir de juin 2021.

Tours Métropole Val de Loire poursuivra d’autres investigations pour affiner notamment les études d’aménagements (voies douces, végétalisation…) et préparer ainsi de façon collégiale la prochaine grande étape, l’enquête publique conjointe, DUP (Déclaration d’Utilité Publique) et parcellaire, qui se déroulera à l’horizon 2022.

Tours Métropole Val de Loire poursuivra le dialogue avec les habitants pour affiner notamment les aménagements, le cadre de vie, les voies douces et préparer ainsi de façon collégiale la prochaine grande étape, l’enquête publique conjointe, DUP (Déclaration d’Utilité Publique) et parcellaire, qui se déroulera au printemps 2022. Une seconde enquête publique environnementale aura lieu quant à elle à l’été 2022.

 

Calendrier

Tous les retours d’expérience des projets de tramway français montrent que la réalisation d’un projet de cette envergure nécessite plusieurs années à compter de la délibération décidant la réalisation du projet et la mise en service. La frise ci-dessous présente les grandes étapes du planning telles qu’envisagées à ce stade.

Partager

Imprimer cette page Envoyer cette page par mail Partager cette page sur Facebook - Nouvelle fenêtre Partager cette page sur Twitter - Nouvelle fenêtre Partager cette page sur LinkedIn - Nouvelle fenêtre