Vous êtes ici

Mise en service de la chaufferie biomasse du Menneton

Afin de relever le défi de la transition énergétique, du développement de nouvelles énergies  et l’optimisation de l’usage des ressources plus locales , Tours Métropole Val de Loire a lancé un vaste projet de construction d'un réseau urbain de chaleur de 17 km qui permettra d'alimenter de nombreux batiments publics et logements collectifs sur l'ouest de Tours et d'effacer près de 19 200 tonnes de CO2 chaque année.

Ce réseau de chaleur sera alimenté par une chaufferie biomasse, construite en un temps record. Dès 2018, Tours métropole Val de Loire à choisi de confier la réalisation de ce réseau à ENGIE Solutions à travers sa filiale Tours Métropole Energies Durables (TMED).

Résolument impliquée dans la transition zéro carbone du territoire, Tours Métropole Val de Loire prouve de nouveau son engagement dans les énergies vertes avec cette nouvelle chaufferie biomasse, constituée à terme de deux chaudières pour une puissance de 13 MW. Ce nouveau réseau de chaleur biomasse, alimentés à 73% par de l’énergie renouvelable, couvre désormais Tours-Ouest et une partie de la Riche sur un réseau de 7 km à partir de la chaufferie située dans le quartier du Menneton. Exclusivement alimentée par du bois issu des forêts locales, cette chaufferie a été mise en service le 18 février.

Une énergie vertueuse et locale, au bilan carbone neutre

Le fonctionnement d’une chaudière biomasse repose sur la combustion de plaquettes forestières. Ces plaquettes sont acheminées dans la chaudière équipée d’un réseau de canalisation dans lequel circule de l’eau. Au contact de la chaleur, l’eau peut atteindre une température de 100°. Cette eau est ensuite envoyée vers le réseau de chaleur urbain pour alimenter en chauffage ou en eau chaude sanitaire les bâtiments d’un quartier.

Pour les hôpitaux, bâtiments communaux, université, logements et résidences de Tours et La Riche, 10 km de réseaux viendront d’ici 2023, s’ajouter à ces 7 kilomètres existants, permettant l’économie de 19 210 tonnes de CO2.