Vous êtes ici

Recherche et Enseignement supérieur

Avec plus de 20000 entreprises  implantées, 4 pôles de compétitivité, 5 Centres d'Etudes et de Recherche,  1 300 enseignants -chercheurs, un campus au coeur de la cité pour 30 000 étudiants, la Métropole tourangelle mise sur l’économie de la connaissance et fait de l’innovation un levier de compétitivité notamment autour de ses savoir-faire dans les domaines de la micro-électronique, de la santé, et de l'intelligence des patrimoines. Pour irriguer ce terreau, renforcer la visibilité, l'excellence et la synergie de la formation et de la recherche, construire une université de dimension européenne voire internationale, Tours Métropole Val de Loire, avec les collectivités du territoire et les partenaires de l'enseignement supérieur et de la formation professionnelle,  bâtissent en 2018,  le Schéma métropolitain ESAFRI (Enseignement Supérieur, Apprentissage, Formation, Recherche, Innovation).

Plus d'infos ici

Tours Métropole Val de Loire mise sur l'économie de la connaissance

Attirer de nouveaux projets

Pour ancrer et renforcer les entreprises installées, séduire les investisseurs et attirer de nouveaux projets,Tours Métropole Val de Loire a su miser sur l'économie de la connaissance. Plus de 140 laboratoires de recherche publics et privés, 1500 chercheurs sont regroupés autour de l’Université,du CEA et de l’INRA: le dynamisme de la Recherche dans la métropole tourangelle résulte d'une stratégie innovante de soutien à la compétitivité des entreprises.
 

certem_l_de_serres_basse_def.jpg
CERTeM + / Léonard de Serres

5 Centres d'Études et de Recherches

Le CERTeM +

batiment_certem_l_de_serres_basse_def.jpg
Le bâtiment du CERTeM /  Léonard de Serres
Créé en 1995, le Centre d’Études et de Recherches Technologiques en Microélectronique (CERTeM ) est une plate-forme technologique de grande envergure dédiée au développement des composants de puissance de demain. Abrité depuis 2014 dans un bâtiment dédiée de  2100m², dont 700m² de salles blanches, au cœur du Pôle industriel et technologique Pierre & Marie Curie, sur le site de STMicroelectronics, le CERTeM + développe les thématiques de recherche sur l’efficacité énergétique. Il s'agit d'un Groupement d'Intérêt Scientifique (GIS) entre l’université de Tours, l’université d’Orléans, le CNRS et le CEA Le Ripault, en partenariat avec la société STMicroelectronics et en synergie avec le pôle de compétitivité S2E2.

Les savoir-faire :
  • l'amélioration de l’efficacité énergétique des systèmes électroniques
  • les composants électroniques miniaturisés pour les équipements nomades.
  • les micro-sources d’énergie.
Les applications :
  • l'automobile
  • l'informatique
  • l'équipement de la maison

Le CEROC


ceroc_l_de_serres_basse_def.jpg

Créé en 2005, le Centre d’Études et de Recherches sur les Outils Coupants (CEROC) est un laboratoire mixte mi-universitaire, mi-industriel. Il est issu d’un partenariat entre la société Sandvik Coromant, l’un des premiers fabricants mondiaux d’outils coupants en carbure de tungstène, et le Laboratoire de Mécanique et de Rhéologie (LMR) de l’Université de Tours. Son champ d’étude est le comportement mécanique du couple outil/matière.

Les savoir-faire :

  • techniques avancées de caractérisation des surfaces: intégrité des surfaces usinées sur les métaux (y compris titane), composites et bimatériaux.
  • couple outil-matière: usure des outils de coupe pour différents types d’usinage (fraisage, tournage, etc.).
  • caractérisation de couches minces telles que les revêtements déposés PVD/CVD.

Les applications : 

  • l'automobile
  • la plasturgie
  • l'aéronautique
  • le ferroviaire

Le CERMEL

Créé en 2007, le Centre d'Étude et de Recherches sur les Matériaux Élastomères (CERMEL) doit son existence au partenariat de recherche qui s'est développé entre le Laboratoire de Mécanique et Rhéologie (LMR) de l'université de Tours et l'entreprise Hutchinson. Ce CER travaille sur la prédiction et l’amélioration de la durée de vie des produits industriels en étudiant le comportement dynamique des élastomères dans des conditions proches des sollicitations réelles.

Les savoir faire :

  • la fatigue des élastomères
  • l'étude et modélisation numérique du comportement mécanique des polymères
  • l'étude de l'adhésion élastomères-fibres polymères
  • le comportement mécanique et thermique en fatigue
  • la caractérisation et validation des comportements de polymères par des applications pouvant être extrêmes

Les applications :

  • L'aéronautique
  • l'automobile
  • l'industrie
  • la santé

Le CERRP

Créé en 2008, le Centre d’Études et de Recherches en Radio-Pharmaceutique (CERRP) a pour but de développer de nouveaux médicaments pour aider au diagnostic précoce des cancers et des maladies neurodégénératives (Maladies d’Alzheimer, de Parkinson et la Sclérose Latérale Amyotrophique). La constitution du CERRP permet de créer les conditions optimales de collaboration entre partenaires publics (l’Université de Tours) et privés (les équipes de R&D des Laboratoires Cyclopharma) dans le domaine des spécialités radio-pharmaceutiques.

Les savoir-faire :

  • le développement de nouveaux médicaments radio-pharmaceutiques pour aider au diagnostic précoce des cancers et des maladies neurodégénératives
  • les méthodes d'exploration scintigraphique pour le diagnostic et le suivi de traitement
  • l'imagerie petit animal

Les applications :

  • la médecine nucléaire
  • la cancerologie
  • la cardiologie
  • la neurologie
  • la psychiatrie.

Le CERTeSens

Mat&Sens, la matériauthèque du Certesens regroupe des centaines de matériaux dont les propriétés physiques et sensorielles sont à la disposition des concepteurs, designers, architectes, chercheurs, passionnés …(Photo Certesens)

cosmeticsensory-echantilloncuirmateriautheque.jpg
Document CERTESENS

 


 

Créé en 2011, le Centre d’Études et de Recherches sur les Techniques du Sensoriel (CERTeSens) est une structure d’accueil à vocation internationale, ouverte sur le monde scientifique et industriel concerné par la recherche, l’utilisation et la diffusion des technologies du sensoriel. Il est le fruit d’un partenariat entre l’Université de Tours et le PME tourangelles RCP Design Global, Spin Control et CQFDégustation.

Les savoir-faire :

  • le développement d’outils et méthodes innovants pour l'objectivation des perceptions sensorielles.
  • le développement de nouveaux matériaux, matières et process permettant la conception de produits en adéquation avec les besoins du consommateur.
  • l'expertise et conseil pour l’élaboration deprotocoles d’études sensorielles sur-mesure (design sensoriel).
  • la formation continue pour professionnels spécialisés et non spécialisés.

Les applications :

  • la cosmétique
  • l'industrie agro-alimentaire
  • les matériaux.

Le Bio3 Institute, un bâtiment de référence sur les biomédicaments

 


Inauguré en 2016, le Bio3 Institute est un bâtiment de 2200 m², construit sur le site universitaire du Plat d’Etain à Tours et géré par l'université de Tours . C'est un institut de référence dans le domaine des métiers de la bioproduction (biomédicaments et bioactifs cosmétiques) qui propose des formations en alternance,  du certificat de qualification professionnelle au master et au doctorat. Le Bio3 Institute accueille des groupes d’étudiants ( 1200 prévus sur 10 ans en formations initiales et  4 200 en apprentissage.) , de jeunes professionnels, des enseignants-chercheurs et des actifs en formation continue. En attendant l’installation progressive de formations universitaires, d’industriels et de start-ups.,C'est aussi un institut de recherche, en lien avec les LabEx (laboratoires d’excellence) locaux : MAbImprove®, Synorg et Iron.

Tout savoir sur le Bio3 Institute

bio3_1ers_etudiants_doc_tm_basse_def.jpg

Le Bio3 Institute a été financé par des acteurs locaux publics (Région Centre Val de Loire, Département d’Indre et Loire, Tours Métropole Val de Loire, Ville de Tours, Caisse des dépôts) et des acteurs privés (regroupés notamment dans la Fondation Philippe Maupas).

Enseignement supérieur : une métropole savante et attractive !


Tours Métropole Val de Loire abrite le principal pôle régional d'enseignement supérieur avec 30 000 étudiants (dont 24 000 à l'univesité) , soit 49% des effectifs régionaux.

L’université de Tours est une université pluridisciplinaire (Arts et Sciences Humaines, Droit, Economie, Gestion et commerce, Lettres et Langues, Santé, Sciences et Techniques, 2 IUT, 1 école d'ingénieurs), dotée d'un fort potentiel scientifique,  implantée au cœur de la ville de Tours et offrant des conditions de vie étudiante sans égal.

etudiants2_frederic_paillet_basse_def.jpg
Fréderic Paillet

Avec 40 laboratoires et structures de recherche labellisés, 670 doctorants,  L'université de Tours s'affiche comme la première institution de recherche publique en région Centre-Val de Loire .
L'université de Tours se distingue par la richesse de son offre culturelle, avec une salle de spectacles de près de 600 places et un passeport culturel étudiant donnant accès à plus de 50 structures culturelles régionales à des tarifs privilégiés !

Priorité à l'apprentissage et à la formation professionnelle

Comment mieux répondre aux besoins de  compétences des entreprises ? Comment améliorer l’orientation des jeunes vers l’apprentissage et les métiers ? Comment faire rayonner ces formations à l’international ? Comment, avec la Région Centre-Val de Loire et le rectorat,  soutenir les projets des centres de formation ? Comment offrir des formations professionnelles continues correspondant aux besoins de compétences des salariés ? C’est pour répondre à toutes ces questions et à beaucoup d’autres encore que Tours Métropole Val de Loire œuvre à fédérer tous les acteurs concernés et à mettre en place des actions qui vont dans le sens de l’intérêt collectif..

ismael_apprenti_l_de_serres_basse_def.jpg

 

Le schéma métropolitain ESAFRI

Afin de dresser la feuille de route des actions à mener collectivement dans les quatre prochaines années, la Métropole prépare un Schéma métropolitain « Enseignement supérieur, apprentissage, formation, recherche,innovation » (ESAFRI). L’ambition est de passer la barre des 50 000 apprenants (étudiants, apprentis…) d’ici 2025 et d’atteindre une stature correspondant au standards d’une métropole de 400 000 habitants. La Métropole accueille à ce jour 37 000 apprenants.