Vous êtes ici

Développement durable

Tours Métropole Val de Loire poursuit une politique soutenue de développement durable, dans tous ses domaines de compétences : développement économique, tourisme, habitat, transports, énergie, traitement des déchets, assainissement…. La Métropole mène de nombreuses actions de protection de l'environnement : projet alimentaire territorial,  lutte contre le gaspillage alimentaire, actions d’éducation à l’environnement, à tous les âges, en particulier par la promotion du parc éco-ludique de La Gloriette, protection de la biodiversité, lutte contre le bruit, lutte contre la pollution. La Direction du développement durable conduit également la Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation (SLGRI).

le Projet alimentaire territorial

L’alimentation, de la ferme à l’assiette, c’est le concept du Projet Alimentaire Territorial, PAT, lancé par la loi d’avenir de 2014 et dont s’est emparé Tours Métropole Val de Loire en réunissant les acteurs du monde agricole autour d’un objectif commun : garantir une alimentation de qualité aux consommateurs tourangeaux tout en permettant aux producteurs locaux de vivre de leur travail.

pat_visuel.jpg

L’un des axes de réflexion de la Métropole est d’inciter les acheteurs à augmenter sensiblement la part de produits locaux présents dans leur assiette et d’encourager les producteurs à se rassembler afin de pouvoir répondre à des commandes publiques.

Chaque année, 265 tonnes de légumes sont servis dans les cantines des écoles maternelles et primaires de la Métropole dont 20% de légumes locaux.

Pour augmenter cette part, la Métropole souhaite notamment faciliter la transformation de produits bruts des producteurs. Ainsi, la collectivité a aidé à la rénovation de l’abattoir de Bourgueil et le soutient financièrement (10.000 € en 2018). Plus globalement, les porteurs du PAT s’interrogent sur le renforcement des structures existantes et sur le maillage nécessaire du territoire par une ou des légumeries (permettant de préparer les fruits et les légumes avant de les cuisiner), en partenariat avec les autres intercommunalités.

Qu'est ce qu'un circuit court ? Acheter sa viande, ses œufs ou ses légumes via un circuit court consiste à passer directement commande auprès du producteur ou par le biais d’un seul intermédiaire.

Maintenir une agriculture de proximité

Depuis plusieurs années, la collectivité soutient activement l’agriculture péri-urbaine en contribuant à l’installation de jeunes producteurs. Tours Métropole Val de Loire, en partenariat avec la chambre d'agriculture,  InPACT37,  avec le soutien de la Région Centre-Val de Loire et du Conseil départemental d’Indre-et-Loire procède à l’acquisition de foncier agricole à louer dans la ceinture périurbaine de Tours. La Métropole souhaite ainsi orienter prioritairement la production des agriculteurs soutenus vers les circuits courts et notamment les restaurants collectifs. Elle apporte ainsi son soutien logistique et financier à trois maraichers à La Riche, Berthenay et Fondettes ainsi qu'au projet de Yolain Gauthier, "le potager de Loire", sur les Iles Noires, à La Riche.


 

agricultrice_fondettes_clara_dupre_leonard_de_serres_basse_def.jpg
Clara Dupré, maraichère à Fondettes exploite "La petite fève" à  Fondettes avec le soutien de la Métropole
et vend ses produits sur place (Léonard de Serres)

Les Iles Noires 
L'aménagement du secteur des Iles Noires situées dans le lit endigué de la Loire, constitue une priorité partagée par la Métropole et la Ville de La Riche. La véritable « renaissance » des Îles Noires commence en 2016. Une nouvelle ZAD (Zone d’Aménagement Différée) a été créée par l’État. Cette procédure a permis aux collectivités locales, via l’utilisation du droit de préemption, de s’assurer progressivement de la maîtrise foncière de terrains où il est prévu à terme une opération d’aménagement. Ainsi, au fil du temps, la Métropole peut acheter des terres et y monter des projets. C’est déjà le cas sur une parcelle de 2 ha bientôt exploitée par le permaculteur Yolain Gautier.


 

maraichage_yolain_gautier_defrichage_avril_2018_doc_tm.jpg
Defrichage du terrain  de Yolain Gauthier aux Iles Noires à La Riche ( Doc TM)

La Métropole et la commune entendent également développer des activités récréatives sur les Îles Noires : vélotourisme, randonnées, activités éducatives autour de la nature et de la biodiversité et pourquoi pas, à la fin de leur exploitation, l’aménagement des carrières de granulats de Gevrioux pour des activités nautiques et piscicoles !

La lutte contre le gaspillage alimentaire

Territoire pionnier dans ce domaine, Tours Métropole Val de Loire participe, depuis 2013, avec Touraine Propre et la Ville de Tours, à la récupération des denrées destinées à être jetées afin d’en faire bénéficier les associations caritatives. Un circuit de « ramasse » de produits frais encore consommables, assuré par la Banque Alimentaire de Touraine, a été mis en place dans une dizaine de petites et moyennes surfaces du territoire.

 

gaspillage_alimentaire_banque_alimentaire_ville_de_tours_basse_def.jpg
Denrées récupérées au marché de gros de Tours ( Photo Ville de Tours)

Par ailleurs, la Métropole a réalisé un diagnostic pour quantifier et caractériser le gaspillage alimentaire sur le département, qui fait  apparaître un gisement potentiel de 4 350 tonnes. Une plate-forme territoriale de collecte a été mise en place dont l’objectif est la récupération de 350 tonnes de fruits et légumes (soit l’équivalent de 700 000 repas redistribués).  Ce projet exemplaire a été primé, en 2015, au niveau national parmi 414 projets déposés dans le cadre d’un appel à projet du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

La gestion naturelle des espaces verts

Tours Métropole Val de Loire s’engage dans une gestion écologique de ses espaces verts à travers la mise en œuvre d'un plan de gestion différenciée, la pratique du zéro pesticides et des méthodes alternatives comme l’éco-pâturage, l'installation de ruches et hôtels à insectes, des opérations de plantation d’arbres locaux ou encore le soutien à la création et à l’animation de jardins collectifs.

L'éco-paturage, une technique écologique adoptée par la Métropole

Une enquête interne réalisée en 2015 auprès des communes de la Métropole estime à 100 ha la superficie des espaces publics naturels pouvant faire l’objet d’une gestion en éco-pâturage. Fort de ce constat, Tours Métropole Val de Loire a décidé d’étudier la gestion des espaces publics par éco-pâturage, en s’appuyant sur l’expertise déjà accumulée par la ville de Tours.
Par exemple, des équidés ont été utilisés à titre expérimental pour pâturer les zones enherbées du parc de La Gloriette. En 2017, la Métropole a confié l’entretien des prairies de Cangé (Saint-Avertin) à un éleveur local, qui y fait paître des génisses,en plus des herbivores du lieu : chevaux, ânes et poneys.

anes_eco_paturage_doc_tm_basse_def.jpg
Eco-pâturage à La Gloriette (Doc TM)

 

Eco-pâturage : technique écologique d’entretien des espaces verts utilisant le pâturage d’herbivores afin de limiter l’usage d’engins mécaniques et de désherbants.

En finir avec les produits phytosanitaires
Depuis le 1er janvier 2017, l’utilisation de pesticides pour l’entretien des espaces verts publics est interdite. Tours Métropole Val de Loire n’a pas attendu l’application de cette mesure. Dès 2015, était lancée une campagne d'information sur le zero phyto  afin d'informer la population de l'affranchissement nécessaire de ces produits chimiques, pour la protection de l’eau, de l’air, du sol, de la biodiversité et de la santé humaine.

L’aspect du paysage urbain modifié en faveur d'un espace plus « sauvage » et la présence d'une flore spontanée sur les trottoirs ou au pied des arbres sont devenus les témoins d’une gestion plus saine des espaces verts publics.

La gestion des paysages : au fil du Val de Luynes

Porté par Tours Métropole Val de Loire, le Plan de Paysage en Val de Luynes (PPVL) permet de préserver et de valoriser un périmètre de l’axe ligérien s’étendant sur 1000 hectares. Les cinq communes du Val de Luynes (Berthenay, Luynes, Savonnières, Saint-Etienne-de-Chigny et Saint-Genouph) se sont ainsi engagées à intégrer la valorisation des paysages à l’ensemble des politiques qu’elles mènent (transports, développement économique, urbanisme…), en y associant les habitants. Cette démarche, reconnue par l'Unesco, a été labélisée « Plan paysage » en 2015 par le Ministère de l'Écologie.

plan_paysage_vue_sur_val_de_luynes_vincent_dupre_basse_def.jpg
Val de Luynes (Vincent Dupré)

En chiffre :294 sites naturels sont classés ou inscrits en Région Centre-Val de Loire

La Gloriette, le parc éco-ludique de la métropole

Le parc de La Gloriette, situé au sud de Tours, est le plus grand parc urbain du territoire métropolitain par sa superficie. Bordé par le Cher et le Petit Cher, traversé par le circuit de La Loire à vélo, ce site naturel de près de 200 hectares est dédié à l’environnement sous toutes ses formes. Il offre des espaces ludiques et pédagogiques, mais également des balades uniques à pied ou à vélo. Toute l’année, La Gloriette propose un programme d'animations-environnement tout public , la plupart de ces animations sont gratuites et grand public comme la Fête de la Gloriette ou encore des festivals musicaux comme Aucard de Tours..

glorietteenfete_fpaillet_basse_def.jpg
Fête d'été à La Gloriette ( Frédéric Paillet)

Le parc de La Gloriette se différencie des autres parcs ou espaces verts du territoire par : sa gestion écologique et environnementale (lieu d’expérimentations, biodiversité des espaces, gestion différenciée), sa diversité d’activités de plein air (gratuites), son offre saisonnière, ses événements

L'Education à l'environnement

Le service commun d’éducation à l’environnement et au développement durable propose de nombreuses animations en direction du public, des écoles et des centres de loisirs du territoire métropolitain  dans le but de sensibiliser toutes les générations à la nécessité de protéger notre environnement naturel et agro-naturel, de diffuser les bonnes pratiques, d’encourager les gestes « éco citoyens ». 

C’est pourquoi  chaque année, Tours Métropole

La qualité de l'air

La qualité de l'air constitue un enjeu important en matière de santé publique, que la Métropole a inscrit dans le cadre d’un Plan de Protection de l'Atmosphère, partagé avec les autres acteurs publics et soumis à enquête publique en 2014. Il contribue notamment au renouvellement du parc de chauffage, à la mise en place des plans de déplacements d’entreprises et d’administrations, à la réduction des pollutions industrielles, ou encore à la promotion des bonnes pratiques en matière agricole. Afin d’assurer la surveillance de la qualité de l'air sur son territoire, Tours Métropole Val de Loire est adhérente de Lig’Air, association agréée par le Ministère de l'Environnement qui prévoit  en particulier la gestion de 4 stations de mesures fixes, situées à la fois en secteurs urbain et périurbain et à proximité de zones à fort trafic routier (avenue Pompidou à Tours). Le territoire dispose également d’une station destinée à mesurer spécifiquement la présence de pesticides dans l'atmosphère.